Cyprien, Squeezie et Norman, ces youtubeurs qui font des millions de vues en ayant rien à dire.

Les youtubeurs aux millions de vues : Cyprien Les youtubeurs aux millions de vues : Squeezie Les youtubeurs aux millions de vues : Norman

Aujourd’hui je souhaite faire une petite analyse, sur ce syndrome de notre époque, où les personnes qui ont le moins de choses sérieuses à dire et à nous apprendre, font pourtant une audience record. Signe des temps où la qualité est inversement proportionnelle à la quantité.

Ainsi des “Youtubeurs” comme Squeezie, Cyprien ou encore Norman, qui font des vidéos traitant des sujets des plus ordinaires et banals, ou se filmant simplement entrain de jouer aux jeux vidéo (on les voit alors sous leur pire jour, entrain d’hurler et brailler comme de grands gamins, avec un débit de grimaces et d’onomatopées à en donner des maux de crânes) font des dizaines de millions de vues sur les plateformes de vidéos et les réseaux sociaux.

Ce qui saute aux yeux, c’est que la forme prime sur le fond, le superficiel l’emporte sur l’essentiel. C’est la manière de dire et de présenter les choses (en insistant parfois lourdement sur les mots) qui semble captiviter l’auditoire, apparemment bien loin de s’en lasser.

Et quand bien même les sujets exposés ou les choses mises en avant (qui sont souvent des constats réels auquel la personne qui est derrière sont écran, peut s’identifier), auraient de la valeur, cela est toujours traité avec dérision pour amuser la galerie, s’arrêtant ainsi au degré -1 de la réflexion. J’attribue en partie cela, à la mentalité moderne du “théatre des guignols” où l’on doit toujours rire de tout, même quand cela est sérieux et exigeraient au moins une analyse tangible.

Ces personnes pourtant très douées pour l’expression et la communication (ce qui semble être leur vocation), d’un côté gâchent clairement leur potentiel en se fourvoyant (et surtout en s’y limitant) dans les choses “vulgaires” (dans le sens ordinaire, profane) et de l’autre empêchent également ses spectateurs (“followers”) de s’élever un temps soit peu, en frisant constamment le ras du sol.

Internet et à mon sens sens un outil extraordinaire qui rend toute information (et tout contenu) immédiatement accessible, et le paradoxe est que ceci est finalement gâché par une constante complaisance dans le frivole et l’inutile.

Les youtubeurs qui ont les messages les plus importants à délivrer, sont souvent les plus délaissés, malgré le fait que contrairement à la télé, les spectateurs ne subissent pas le contenu mais ont le choix de ce qu’ils veulent regarder.

Les causes de cela sont pour moi très profondes et personne n’est directement à blâmer. Mais les faits sont là.

Conscients de leur attraction et de leur capacité à exploser les compteurs en terme de vues, ces Youtubeurs ont très certainement décidé de profiter de cette opportunité pour être indépendants financièrement et ne pas à subir une vie professionnel dans laquelle ils sont loin de se réaliser. Si cela paraît louable (d’un point de vue très relatif), il est dommage de s’en arrêter là pour s’en faire un avis. En effet, dans l’absolu, il est à remarquer que l’aspect bénéfique est globalement minoritaire, que ce soit pour eux où leurs spectateurs. Et c’est ici que le discernement est important : comme dans toute chose, en plus de dénombrer les points positifs et négatifs, il faudrait avoir la capacité de les pondérer (peser) afin de déterminer si c’est le bon côté ou le mauvais côté, qui l’emporte.

Beaucoup se pose la question du salaire des youtubeurs, mais peu se pose la question de savoir quand vont-t-ils enfin avoir quelque chose à dire ?!

Édition du 20 décembre 2015 :

Suite à cet article, j ai eu beaucoup de retour positifs, les seuls retour négatifs concerne le fait que s agissant de divertissement, cela n à pas vocation à être intelligent… Mais cela est complètement faux, il y a beaucoup de gens qui nous apprennent des choses sur internet et qui sont bourré d’humour. Il y a des youtubeurs drôles qui dépassent le degré 0 de la réflexion, et c est le cas de Kriss de “minute papillon”. Bien que je ne soit pas à 100 % d accord avec toutes ses analyses et que toutes méritent d aller encore plus loin, ca vole déjà un peu plus haut.

C est la qu’il va falloir reconsidérer le sens original du mot (je ferai un article la dessus c est très important) divertir. En effet divertir signifie en réalité “faire diversion”, “detourner quelqu’un d’un objectif”. C est le galvaudage du sens de ce mot, qui en a fait une fin en soi, qui en fait quelque chose de positif, tandis que l absolu il ne s’agit que d’un détournement.

Je vous encourage, dans la mesure du possible, à reconsidérer les mots selon leur sens original (ce qui a été perdu en général) et vous vous apercevrez souvent que beaucoup de mot signifie dans l’inconscient collectif, l’inverse de ce qu’il voulait dire, perdant ainsi le vrai sens de ce mot, engendrant un appauvrissement de “l’esprit”.

 

 

Laisser un commentaire