Traduction d’une publication de VOLNEY S. CHENEY en 1928, démontrant que le Rhume / la Grippe ne sont pas contagieux

DANS TOUTES les industries, l’absentéisme pour cause de maladie est un grave problème économique. Dans un récent rapport de la Boston Edison Company couvrant une période de 10 ans, les absences par an pour cause de maladie étaient de 8,9 jours civils pour les hommes et de 14 jours pour les femmes. Chez les hommes, la maladie a causé 12 fois plus d’absentéisme que les accidents et le rapport chez les femmes était de 171 pour 1. Les maladies respiratoires ont causé près de la moitié du nombre total de jours perdus par les hommes. Sur 10 hommes, 4 ont perdu du temps au cours de l’année à cause de “rhumes”. Sur 10 femmes, 7 ont perdu du temps pour la même cause. Les hommes ont perdu 1,4 jour par an et les femmes 2,1 jours par an à cause du rhume. Sur la base de cette moyenne, la perte économique causée par les “rhumes”, en salaires seulement, dans toutes les industries des États-Unis est de plusieurs millions de dollars et lorsque nous considérons également les pertes dues à la diminution de l’efficacité, à la diminution de la production, et les dépenses supplémentaires des invalides, le total est énorme.

Il n’y a pas de sujet médical qui ait plus d’intérêt pour l’humanité civilisée que celui du « rhume ». Mon expérience de plusieurs années parmi les aborigènes du Sud-Ouest me convainc que les rhumes, tels que nous les connaissons, sont un produit de la civilisation. Le profane utilise le terme “un rhume” pour couvrir une multitude de conditions que même le médecin ne différencie pas toujours ; à savoir, un coryza aigu ; rhinite; pharyngite; laryngite; bronchite; la grippe; grippe et parfois amygdalite.

MAIGRE TRAVAIL DE RECHERCHE

Il y a eu une pénurie de travaux de recherche sur l’étiologie des rhumes, sauf pour tenter de prouver les théories selon lesquelles un rhume était soit une infection primaire par une ou un groupe de bactéries, soit dû à un virus filtrable. Ce manque de travaux de recherche doit être dû au fait qu’un rhume est généralement considéré comme une affaire plutôt banale et qui ne répond pas facilement au traitement mais suit son cours naturel.

il ne peut être dû à l’apparente insignifiance économique d’un rhume, car les statistiques montrent qu’environ 45 % de l’absentéisme dans la plupart de nos grandes industries est causé par le rhume ou ses séquelles. Lorsqu’elle n’entraîne pas d’absence au travail, elle affecte matériellement l’efficacité d’une personne et, de cette manière, entraîne également une grande perte économique. La définition acceptée pour “un rhume” a été “une infection aiguë des régions nasale et pharyngienne, ou des voies respiratoires supérieures” ; mais personne n’a été en mesure de démontrer que l’une quelconque des nombreuses bactéries habitant normalement les cavités nasale, buccale et pharyngienne, est la cause d’un rhume, et il n’a pas été prouvé de manière concluante qu’un groupe de bactéries est responsable des symptômes nous appelons “un rhume”. L’origine infectieuse d’un rhume n’est qu’une théorie non prouvée, et une théorie basée sur une fausse prémisse, car dans les premiers stades d’un rhume, les sécrétions du nez sont toujours stériles et les organismes généralement considérés comme étant le facteur causal ne sont que secondaires dans vaders des dernières étapes. Une autre théorie quant à l’étiologie du rhume est celle d’un virus filtrable telle que présentée par Kruse en 1914, mais cette théorie a également été définitivement démontrée comme étant insoutenable par une série d’expériences de Robertson et Graves en 1924. The International Medical Digest, January , 1927, dit : En résumant les connaissances actuelles sur la bactériologie des rhumes, on doit dire que, jusqu’à présent, on n’a trouvé aucun organisme spécifique qui puisse être considéré comme le facteur étiologique. La possibilité d’un virus filtrable comme cause spécifique de la rhinite est intéressante mais, jusqu’à présent, les preuves sont trop contradictoires pour l’accepter comme un fait. Il devient vite évident que pour une bonne évolution des causes du rhume, il faut aller plus loin que l’étude des bactéries des voies respiratoires supérieures. C’est exactement ce que j’ai fait dans mon étude du rhume, allant au-delà de l’étude des bactéries des voies respiratoires supérieures et recherchant une perturbation systémique dont le syndrome du rhume n’est qu’une manifestation locale. Je n’ai jamais été complètement convaincu qu’un rhume n’était qu’une affaire banale et était principalement une infection aiguë des voies respiratoires supérieures. Depuis 11 ans, je fais une étude intensive des rhumes, de leur étiologie, de leur évolution, avec et sans traitement, et des suites ou séquelles.

LE RHUME N’EST PAS INFECTIEUX

La première chose que je veux opposer, c’est qu’un rhume est une infection aiguë”. J’ai pu réfuter cela par des expériences sur un certain nombre de personnes indemnes de rhume en essayant de leur inoculer les sécrétions d’un individu atteint d’un rhume aigu. J’ai choisi le moment où les sécrétions étaient les plus abondantes pour mes inoculations. Dans aucun cas, un rhume n’a été contracté. Si un rhume était une infection aiguë, son origine ou sa source pourrait presque toujours être identifiée avec certitude ; mais c’est plutôt une chose difficile à faire et elle est généralement éteinte par la remarque : « J’ai dû être exposé à un rhume quelque part. Il est vrai qu’un rhume parcourt fréquemment les familles et les bureaux où les employés sont étroitement associés, mais cela ne prouve pas qu’un rhume se transmette par contact avec d’autres personnes. Ces individus, à la maison et au bureau, sont soumis aux mêmes conditions insalubres de l’environnement, et ces conditions sont les facteurs qui provoquent une altération du métabolisme et une perturbation systémique affectant tous les fluides et sécrétions du corps.

EFFET DES CONDITIONS CLIMATIQUES

 Les conditions climatiques ont toujours été tenues pour responsables d’une certaine manière des rhumes.’ Les conditions météorologiques défavorables, dont les principales sont le froid intense, l’humidité, le vent ou les changements soudains de température, sont souvent considérées comme la cause excitante ou du moins contributive des rhumes. L’incidence des rhumes est généralement considérablement augmentée pendant les mois d’hiver et par temps froid. De nombreux observateurs ont essayé d’expliquer pourquoi les rhumes devraient être plus fréquents par temps froid, et la théorie la plus fréquemment avancée est l’influence perturbatrice du froid sur le centre de régulation de la chaleur, par l’intermédiaire du système nerveux autonome ; mais la fonction physiologique du centre thermorégulateur est d’adapter l’organisme à des conditions climatiques fréquemment changeantes, et dans la santé sa fonction régulatrice n’est pas facilement perturbée.

Pendant les mois d’hiver, nous perdons une partie de l’effet actinique des rayons ultra-violets du soleil en raison de sa déclinaison méridionale obligeant les rayons à traverser une couche d’atmosphère plus épaisse qui, surtout si elle est enfumée, agit comme filtre les rayons et diminue sensiblement leur action chimique sur le sang, influençant principalement sa teneur en calcium ou sa fixation. Les variations climatiques ne sont un facteur contributif que dans la mesure où elles inhibent nos activités normales et diminuent notre utilisation d’aliments protéinés qui sont toujours en excès de ce dont nous avons normalement besoin. Nous mangeons trop et faisons trop peu d’exercice par temps froid. Les rhumes sont moins fréquents par temps chaud car nous mangeons moins d’aliments riches en protéines et faisons plus d’exercice. Un camp de bûcherons dans lequel j’ai passé plusieurs années et où les hommes étaient exposés à toutes sortes d’intempéries et à des températures inférieures à zéro, était particulièrement exempt de rhumes et de maladies respiratoires. Je ne considère pas le froid, en soi, comme un facteur étiologique.

Les moments où les rhumes sont les plus fréquents dans notre industrie sont les lundis, les jours qui suivent les jours fériés et les jours qui suivent des banquets ou des fêtes où il y a abondance de bonnes choses à manger. J’ai également observé que les rhumes sont très répandus chez nos vendeurs ambulants et d’autres qui sont beaucoup sur la route. En voyageant, il y a un changement décisif dans la routine quotidienne par rapport à celle maintenue à la maison, une tendance à trop manger, à boire trop de stimulants alcoolisés, une tension mentale accrue, une irrégularité des intestins, un manque d’exercice physique et une perte de sommeil. ‘ La fatigue, quelle que soit la manière dont elle est acquise, est un facteur très important, et la raison en est l’altération du métabolisme du sang et des tissus qu’elle produit. Quels sont les symptômes d’un rhume ? Ils varient selon la gravité de l’attaque. Dans un cas modérément grave, il s’agit de coryza, d’irritation nasale et pharyngée, de maux de tête, de douleurs musculaires, de lassitude, d’anorexie et de malaise. Ce sont aussi les symptômes de deux troubles systémiques très divergents, dont l’un est très répandu et fréquemment diagnostiqué – l’autre est plutôt rare. Dans une étude de plusieurs milliers de cas de rhumes s’étendant sur une période de 11 ans, et après de nombreuses tentatives infructueuses d’inoculation à des personnes sans rhume des sécrétions de rhumes aigus, je suis profondément convaincu qu’un rhume aigu affectant les voies respiratoires supérieures n’est pas principalement une infection, mais seulement un syndrome symptomatique d’une perturbation systémique. Un certain nombre de cas de rhumes de gravité variable ont été soigneusement étudiés en laboratoire. On a observé le degré d’acidité de l’urine ; le CO, associant le pouvoir du sang comme indicateur de la réserve alcaline ; des tests ont également été effectués pour déterminer la teneur en calcium du sang, la teneur en sucre; l’azote non protéique et le métabolisme de base. L’urine portait invariablement un degré d’acidité plus élevé que la normale – dans certains cas aussi élevé que 800 (normal 350); le pouvoir de combinaison de CO2 du sang dans tous les cas était faible, le plus élevé étant de 52 % ; la teneur en sucre du sang était généralement diminuée (en dessous de 100 mg par 100 c.c.); le taux métabolique était toujours négatif. (Ces cas ont été soigneusement sélectionnés en raison de leur absence de symptômes d’activité thyroïdienne perturbée.)

RÉSUMÉ DES RÉSULTATS

Il y a un changement dans la chimie du sang et, par conséquent, il doit y avoir un changement dans les tissus alimentés par le sang. Il y a diminution des bicarbonates ou bases de réserve contenus dans le plasma sanguin et les tissus, notamment dans celui des sels de sodium et de calcium ; et une augmentation de la tolérance au bicarbonate telle que déterminée par le test de Sellard. Il y a aussi une modification de l’activité de la glande thyroïde, qui se manifeste par une diminution du taux métabolique ; une légère diminution de la teneur en sucre du sang avec une légère rétention d’azote non protéique. Les sécrétions du nez et de la gorge se révèlent moins alcalines que la normale, ayant parfois une réaction résolument acide au papier de tournesol. Ces résultats semblent ouvrir la voie à la conclusion qu’un rhume est une manifestation locale d’une perturbation systémique ; à savoir, une perturbation de l’équilibre ou de la réserve alcaline, en d’autres termes, une acidose légère, ou peut-être mieux dit, une diminution de l’action “tampon” du plasma sanguin par une diminution de sa teneur en bicarbonate. Cette conclusion est renforcée par un traitement dans lequel une alcalinisation approfondie fera toujours avorter et guérira un rhume – une affirmation radicale mais néanmoins vraie, à condition que le traitement soit approfondi.

INCIDENCE D’ACIDOSE

J’ai pu induire tous les symptômes du rhume, à des degrés divers, du simple coryza à celui de la grippe et de la “grippe”, par l’induction d’une acidose artificielle par l’administration de chlorures d’ammonium et de calcium. . Le degré de sévérité des symptômes était en rapport direct avec le degré d’acidose induite. Dans le degré le plus sévère d’acidose, tous les symptômes classiques de la « grippe » étaient présents, y compris même un faible degré de fièvre. Les symptômes se sont rapidement atténués lors de l’administration de bicarbonate de sodium à fortes doses par voie orale et rectale.

J’ai pu induire tous les symptômes du rhume, à des degrés divers, du simple coryza à celui de la grippe et de la “grippe”, par l’induction d’une acidose artificielle par l’administration de chlorures d’ammonium et de calcium. . Le degré de sévérité des symptômes était en rapport direct avec le degré d’acidose induite. Dans le degré le plus sévère d’acidose, tous les symptômes classiques de la « grippe » étaient présents, y compris même un faible degré de fièvre. Les symptômes se sont rapidement atténués lors de l’administration de bicarbonate de sodium à fortes doses par voie orale et rectale.

UN TRAITEMENT ABORTIF


Si la maladie est atteinte lorsqu’il y a un début de sécheresse du pharynx ou une légère corzya, ou une congestion de la muqueuse du nez, et que l’alcalinisation est instituée par de fortes doses de bicarbonate de sodium, jusqu’à ce que les urines soient alcalines au papier de tournesol, un “froid” peut toujours être avorté. Avec le bicarbonate de sodium que je prescris généralement en 60 g. doses, accompagnées d’un grand verre d’eau chaude, toutes les 2 heures pour 3 prises, je donne à un adulte 1 g. de calcidine (une combinaison de calcium et d’iode) toutes les demi-heures jusqu’à ce que 6 doses aient été prises. La plupart des rhumes commencent à se manifester tard dans l’après-midi ou en début de soirée et le traitement abortif est mieux administré à ce moment-là jusqu’à la retraite. Au moment de la prise du traitement, le repas habituel doit être supprimé ou composé de lait et de céréales, de soupe ou de bouillon. Si les intestins sont constipés, ils ne doivent pas être déplacés par un cathartique ou un laxatif, mais les intestins inférieurs doivent être soulagés par un lavement savonneux. Ce traitement fera avorter les rhumes, s’ils sont pris à leur début.

ici un rhume a évolué jusqu’au stade où il y a un enrouement et un coryza abondant, ou où cet état a évolué jusqu’à ce que nous appelons généralement « un rhume », j’utilise le traitement suivant : Dose initiale 60 g. de bicarbonate de sodium et 1 g. de calcidine, puis 30 g. de bicarbonate de sodium et 1 g. de calcidine toutes les 2 heures pour 6 prises, puis 20 g. de bicarbonate de sodium avec /3 g. de calcidine toutes les 3 heures pendant la période d’éveil jusqu’à ce que le rhume soit contrôlé. L’administration du bicarbonate de sodium doit toujours être accompagnée ou suivie d’un grand verre d’eau chaude. Vaporiser localement le nez et la gorge avec une solution de 1 à 5000 de métaphène ou une autre solution alcaline (1 drachme de bicarbonate de sodium pour un litre d’eau) matin et soir. Si les intestins sont constipés, je ne prescris aucun laxatif ni cathartique mais j’utilise un lavement à base d’eau savonneuse pour soulager les intestins inférieurs. La prophylaxie est mieux entretenue par l’exercice et une alimentation bien équilibrée et parfaitement adaptée aux activités physiques de l’individu.

CONCLUSION

Le rhume et ses séquelles dont la rhinite, la pharyngite, la laryngite, la bronchite, la grippe, la grippe et la pneumonie ne sont pas contagieux, car on considère généralement une maladie comme infectieuse, mais sont dus à une perturbation de la réserve ou de l’équilibre alcalin ( équilibre acido-basique). Plus le degré de perturbation est grave, plus la maladie est grave. Des conditions capables de produire une acidose légère ou de perturber l’action « tampon » du plasma sanguin, sont des facteurs contributifs à la production d’un rhume : alimentation mal équilibrée, manque d’exercice, fatigue, constipation, infections partout dans le corps. . Les rhumes peuvent être évités en maintenant l’équilibre alcalin grâce à une alimentation appropriée, à l’exercice et à l’utilisation prudente de bicarbonate de sodium ou d’eaux alcalines. Les rhumes peuvent être interrompus en administrant du bicarbonate de sodium à des doses suffisamment importantes pour alcaliniser complètement le système avec de petites doses de calcidine ou d’iode et de calcium. Les rhumes peuvent être guéris par l’administration des mêmes médicaments à des doses plus petites et fréquemment répétées

Source : amjphnation01137-0019.pdf (nih.gov)

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ERIC
ERIC
6 jours il y a

Je ne saurais me prononcer sur les traitements préconisés du rhume, n’en ayant pas la compétence, mais auquel je veux bien apporter crédit à la vue des vôtres. Ce que je peux dire, et qui corrobore sur la non transmission de celui-ci, est l’observation que le rhûme s’est toujours manifesté chez mois suite au non port d’un couvre chef (étant en partie chauve), pendant un temps parfois très court par temps froid et/ou fortement venté. La science moderne n’allant pas avec ce que j’observais, je me disais que les virus n’aimaient finalement pas les gens dont la tête était couverte.

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x