Réchauffement climatique, ces grands gourous qui dérangent

Il est intéressant de remarquer aujourd’hui comment des astrophysiciens tels quel Aurélien Barrau, ayant pratiqué de la science théorique pendant des années, se retrouve d’un coup propulsé par les médias avec un discours tellement affirmatif sur la question du réchauffement climatique, qu’on le confondrait presque avec un expert en climatologie, qui serait pourtant plus à même de pouvoir donner un avis.

Aurélien Barrau

D’ailleurs il dit lui même qu’il n’est pas le plus expert dans le domaine :

Du côté des militants écologistes, c’est l’effervescence : ces derniers convertis à la collasplogie (nouvelle science avec une perspective apocalyptique née en 2015) au cours de ces dernières années et mobilisés en masse lors la marche pour le climat tandis d’autres causes ne mobilisent quasiment pas, s’empressent de relayer ses interventions sans se poser la moindre question…

Source : https://www.glnf.fr/fr/Conference-Villard-de-Honnecourt-ouverte-au-public-du-10-fevrier-a-20h.-Le-compte-rendu-de-la-conference-est-disponible.-franc-macon-94

Mais comment quelqu’un qui parle de Dieu (voir sa conférence à la loge maçonnique de la GLNF ci-dessus) et qui véhicule des prophéties apocalyptiques, peut-il est considéré comme un respectable scientifique tandis que d’autres tenant des discours similaires sont catalogués de mouvements sectaires par la Miviludes ? Quand on a la soutien du pouvoir occulte, rien n’est arbitraire…

Aurélien Barrau l’affirme sans détour : «Les autres combats n’ont aucun sens si celui-là est perdu»

Pour lui le principal combat est de « Sauver la planète » / « Sauver le climat ».

Or par le plus grand des hasard, il s’agit exactement du programme des instances mondialistes œuvrant à la mise en place d’un gouvernement mondial (Nouvel Ordre Mondial).

C’est ce que nous révèle ici Philippe de Villiers qui s’exprimait sur l’émission TVLibertés en octobre 2015 au sujet de la réunion élitiste de la « Trilatérale » à laquelle il a assisté. Il aurait alors été décrété que cette théorie doit être enseignée dans l’école avec comme slogan qu’il faut sauver la planète plutôt que son pays ou l’arbre qui est en face de chez soi, en même temps que la destruction planifiée de l’homogénéité des nations.

Nous savons donc désormais pour qui roule notre grand gourou en chef…

Aurélien Barrau, l'écotartuffe du mois

Voici un article très pertinent à son sujet : « Quelques petits problèmes concernant le discours d’Aurélien Barrau »

Voudriez-vous voir se former un mouvement de résistance sérieux contre le capitalisme ? Si oui, oubliez Aurélien Barrau.

Cet astrophysicien a récemment acquis une certaine notoriété à cause de sa perspective écologiste : il a récemment publié un appel signé par plein d’idiots utiles de l’industrie du divertissement (d’Alain Delon à Muriel Robin) demandant la restriction de certaines libertés individuelles afin de sauver la planète. Que ceux qui ont le plus profité des conforts et des luxes de la civilisation industrielle, qui sont parmi les plus privilégiés des privilégiés, se permettent de demander aux autorités qu’elles restreignent les libertés du peuple, tout de même, il fallait oser — même si l’expression « libertés individuelles » est une triste blague dans le cadre de la société technocapitaliste, bien entendu, mais c’est une autre histoire. Ainsi, cet appel est une sorte de plaidoyer en faveur de l’écofascisme prédit par Bernard Charbonneau il y a plusieurs décennies :

« L’écofascisme a l’avenir pour lui, et il pourrait être aussi bien le fait d’un régime totalitaire de gauche que de droite sous la pression de la nécessité. En effet, les gouvernements seront de plus en plus contraints d’agir pour gérer des ressources et un espace qui se raréfient. […] Si la crise énergétique se développe, la pénurie peut paradoxalement pousser au développement. Le pétrole manque ? Il faut multiplier les forages. La terre s’épuise ? Colonisons les mers. L’auto n’a plus d’avenir ? Misons sur l’électronique qui fera faire au peuple des voyages imaginaires. Mais on ne peut reculer indéfiniment pour mieux sauter. Un beau jour, le pouvoir sera bien contraint d’adopter une façon de faire plus radicale. Une prospective sans illusion peut mener à penser que le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra plus faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie : ils ne croient qu’au pouvoir. »

A noter que même dans son domaine d’activité principale, il s’agit de quelqu’un de controversé…

Voici le courrier d’un lecteur du journal du CERN, qui met en évidence la pseudoscientificité de ces théories fictives :

« The article Physics in the multiverse in the December issue of CERN Courier annoyed me. In my opinion the multiverse(s) of the type that Aurelian Barrau describes are not scienceScience owes its success in, and acceptance by, society to a delicate balance between theory and experiment, namely to the ability of scientists to make clear honestly on which experimental facts their claims of explaining natural phenomena are based. Beautiful mathematical structures are science in their own right, but declaring them physical reality just because of their beauty is unscientific, especially if the main motivation is the inability to make verifiable (or falsifiable) predictions. »

Source : https://cerncourier.com/letters-6/

Le réchauffement climatique anthropique, un mensonge qui arrange

Concernant le réchauffement climatique en lui même voici un extrait d’un article intéressant publié sur Mediapart : « Le réchauffement climatique anthropique : un mensonge qui arrange ! »

« Mais une nouvelle économie repeinte en vert se porte bien et mise sur de juteux profits futurs grâce aux thèses du GIEC. Les cabinets et consultants sur « l’empreinte carbone » prospèrent. La vente des voitures électriques espère décoller.

De nombreuses institutions environnementalistes (WWF, Réseau Action Climat, Greenpeace, Réseau Sortir du nucléaire,…) se sont bien sûr ralliées au discours dominant et à cette croisade, rejoignant ainsi pronucléaires et autres lobbies malpropres, et détournant les militants écologistes des vrais combats à mener. WWF et Greenpeace ont été associés au GIEC dès sa création.

Le matraquage autour de ce réchauffement idéologique a réussi à formater la pensée de nombreux militants qui sont devenus les relais zélés de cette propagande. Les personnes contestant ce dogme, ont vite droit à des insultes et se voient même traiter de révisionnistes !

Le capitalisme industriel fait des ravages sur la planète et de vraies catastrophes sont devant nos yeux.

Le danger de la science comme de la religion est de faire d’une théorie une grille de lecture unique et imposée. Les croyances ne devraient pas avoir leur place dans une étude scientifique.

Cette propagande sur une catastrophe climatique à venir permet de laisser dans l’ombre les catastrophes mondiales bien réelles, catastrophes à la fois humaines et environnementales : les guerres et la faim dans le monde, la pollution de l’air, des sols, des mers et des rivières (par des composants chimiques plus problématiques que le CO2), l’appauvrissement de la biodiversité, les déchets nucléaires, … »

Par ailleurs les militants écologistes séduit par le discours alarmiste de notre gourou semblent avoir la mémoire bien courte en oubliant le scandale du ClimateGate, considéré comme le plus gros scandale scientifique de notre époque par certains médias :

Causes naturelles et artificielles du réchauffement climatique, sans le CO2

Pour autant un réchauffement du climat d’origine naturelle existe bien réellement et les photos du glaciers d’Argentière (Chamonix) en attestent…

Fonte du glacier d'Argentière

Sauf que celui aurait débuté à partir de 1850 (soit seulement 40 ans après la photo la plus ancienne du glacier d’argentière).

En effet 1850 manquerait le fin d’une mini ère glaciaire ayant débuté 300 ans plus tôt (vers 1550), période pendant laquelle les glaciers dans les Alpes ont connu de fortes avancées :

Mini âge glaciaire 

Mini âge glaciaire

On peut alors légitimement se poser la question suivante : si le mini âge glaciaire a duré 300 ans, pourquoi la période de réchauffement qui lui succède ne durerait pas au moins autant ? C’est à dire jusqu’en 2150.

Ajouté à cela, il est maintenant reconnu par les médias mainstream, que les trainées blanches (particules de glaces) des avions, qui selon les conditions météos finissent par créer des nuages persistant couvrant le ciel, participent à un réchauffement de l’atmosphère de 1°C : Les traînées blanches des avions contribuent au réchauffement climatique

Articles pouvant vous intéresser également sur ce blog :

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de