L’acide ascorbique n’est pas de la vitamine C et il en va de même pour toutes les autres “vitamines” !

🔴💊 Extrait de l’article “Vitamines alimentaires complètes : l’acide ascorbique n’est pas de la vitamine C

– par Timothy O’Shea, chercheur médical

Sans plus tarder, voici le noyau : l’acide ascorbique n’est pas de la vitamine C. L’alpha tocophérol n’est pas de la vitamine E. L’acide rétinoïque n’est pas de la vitamine A. Et ainsi de suite à travers les autres vitamines. De vastes sommes d’argent ont été dépensées pour intégrer ces mythes à la sagesse conventionnelle. Si vous avez plusieurs diplômes universitaires et que tout cela est nouveau pour vous, ne vous sentez pas mal. Sauf si vous pensez que vos études se sont terminées au début. Ce qui est généralement vrai.

🔸Roues dans les roues

Les vitamines ne sont pas des composés moléculaires individuels. Les vitamines sont des complexes biologiques. Ce sont des interactions biochimiques en plusieurs étapes dont l’action dépend d’un certain nombre de variables au sein du terrain biologique. L’activité vitaminique n’a lieu que lorsque toutes les conditions sont réunies dans cet environnement et lorsque tous les cofacteurs et composants de l’ensemble du complexe vitaminique sont présents et travaillent ensemble. L’activité des vitamines est encore plus que la somme de toutes ces parties ; cela implique également le timing.

Les vitamines ne peuvent pas être isolées de leurs complexes et remplissent toujours leurs fonctions vitales spécifiques au sein des cellules. Lorsqu’ils sont isolés dans des formes commerciales artificielles, comme l’acide ascorbique, ces synthétiques purifiés agissent comme des médicaments dans le corps. Ce ne sont plus des vitamines, et les appeler ainsi est inexact.

Une vitamine est “un processus de travail composé de nutriments, d’enzymes, de coenzymes, d’antioxydants et d’activateurs d’oligo-éléments”. – Royal Lee “Qu’est-ce qu’une vitamine?” Trophologie appliquée, août 1956

🔸Pionnier oublié

Le Dr Royal Lee a été le chercheur pionnier dans le domaine des vitamines des aliments entiers. Pendant des décennies, il a documenté les faits de base résumés dans ce chapitre. Son travail n’a jamais été réfuté scientifiquement. Quiconque entreprend sérieusement l’étude des vitamines aujourd’hui corrobore les travaux de Lee. Son histoire est une étude fascinante en soi, une étude de persévérance indomptable dans la poursuite de vrais principes. Jensen nous dit que le travail de Royal Lee ne sera apprécié qu’au siècle prochain.

Ce n’est pas encore arrivé.

Lee sentit tout le poids des drogues/médicaments organisés peser sur lui. En lisant comme quelque chose de la liste de Schindler, nous apprenons que la FDA a non seulement persécuté Lee pour avoir contesté l’économie des vitamines synthétiques, produites par des sociétés pharmaceutiques géantes, mais qu’il a en fait été ordonné par un tribunal de brûler toutes ses recherches des 20 dernières années. ! Brûlez ses recherches ! Quand est-ce que cela s’est déjà produit dans ce pays ? Ils n’ont même pas fait ça à Larry Flynt.

[…]

🔸 Entières contre Fractionnéées

OK, naturel contre synthétique. Commençons par la vitamine C. La plupart des sources assimilent la vitamine C à l’acide ascorbique, comme s’il s’agissait de la même chose. Ils ne sont pas. L’acide ascorbique est un isolat, une fraction, un distillat de vitamine C naturelle. En plus de l’acide ascorbique, la vitamine C doit inclure la rutine, les bioflavonoïdes, le facteur K, le facteur J, le facteur P, la tyrosinase, l’ascorbinogène et d’autres composants.

De plus, les cofacteurs minéraux doivent être disponibles en quantités appropriées.

Si l’une de ces parties manque, il n’y a pas de vitamine C, pas d’activité vitaminique. Lorsque certains d’entre eux sont présents, l’organisme va puiser dans ses propres réserves pour combler les écarts, afin que toute la vitamine soit présente. Ce n’est qu’alors que l’activité vitaminique aura lieu, à condition que toutes les autres conditions et cofacteurs soient présents. L’acide ascorbique est simplement décrit comme la partie “enveloppe antioxydante” de la vitamine C ; l’acide ascorbique protège les parties fonctionnelles de la vitamine de l’oxydation ou de la dégradation rapide. (Somer, p 58 “Vitamine C: Une leçon pour garder l’esprit ouvert” Le rapport sur la nutrition)

Plus de 90% de l’acide ascorbique dans ce pays est fabriqué dans une usine à Nutley, New Jersey, propriété de Hoffman-LaRoche, l’un des plus grands fabricants de médicaments au monde (1 800 526 0189). Ici, l’acide ascorbique est fabriqué à partir d’un processus impliquant de la fécule de maïs et des acides volatils. La plupart des entreprises américaines de vitamines achètent ensuite l’acide ascorbique en vrac à partir de cette seule installation. Après cela, le marketing prend le relais. Chaque entreprise fabrique ses propres étiquettes, ses propres allégations et ses propres formulations, chacune prétendant avoir la forme supérieure de vitamine C, même si tout vient du même endroit, et ce n’est vraiment pas du tout de la vitamine C.

🔸 Fractionné = Synthétique = Cristallin = Faux

Le mot “synthétique” signifie deux choses :

-fait par l’homme

– n’existe nulle part dans la nature

Dès le départ, il est crucial de comprendre la différence entre les vitamines et l’activité des vitamines. La vitamine est le complexe biochimique. L’activité vitaminique désigne les changements biologiques et cellulaires réels qui se produisent lorsque le décor est prêt pour que le complexe vitaminique agisse.

Pensez-y comme de l’essence et une voiture. Pomper le gaz dans le réservoir ne signifie pas nécessairement que la voiture va n’importe où. D’autres conditions et facteurs doivent également être présents pour que l’Activité se produise. La conduite de gaz vers le carburateur doit être dégagée, les gicleurs du carburateur doivent être réglés, il doit y avoir un mélange exact de flux d’air, le contact doit être mis, les bougies d’allumage doivent être propres, la quantité exacte de gaz doit atteindre chaque étincelle branchez juste avant qu’elle ne s’allume, il ne doit pas rester de gaz dans la bouteille après l’allumage de la bougie. S’il manque l’un de ces éléments, il n’y a pas d’activité : la voiture ne fonctionne pas, ou du moins pas très bien.

Aussi étonnant que cela puisse paraître si vous entendez cela pour la première fois, les vitamines sont plus que les fractions synthétiques qu’on nous enseigne généralement. L’acide ascorbique que vous achetez à l’épicerie toutes les quelques semaines, en pensant que vous achetez de la vitamine C, n’est qu’une copie chimique de l’acide ascorbique naturel, qui lui-même n’est encore qu’une fraction de la vitamine C réelle. La vraie vitamine C fait partie de quelque chose de vivant, et en tant que tel, peut donner la vie.

Votre acide ascorbique chimique synthétique et fractionné n’a jamais poussé dans le sol, n’a jamais vu la lumière du jour, n’a jamais été vivant ou n’a jamais fait partie de quoi que ce soit de vivant. C’est un produit chimique, un dérivé de l’amidon de maïs, un sous-produit de l’acide sulfurique. Dans votre corps, c’est juste une autre drogue. Les vitamines synthétiques ont des effets toxiques à partir de méga-doses et peuvent en fait augmenter le nombre de globules blancs. Les vitamines ne sont nécessaires qu’en quantités infimes au quotidien. Les vitamines d’aliments entiers, en revanche, ne sont pas toxiques car la vitamine est complexée dans sa forme de travail intégrale, ne nécessite rien de l’organisme et ne déclenche aucune réponse immunitaire.

🔸Carence

Le scorbut est une maladie causée par une carence en vitamine C. Le scorbut se caractérise par des saignements des gencives, une cicatrisation lente des plaies, un ramollissement des os, des dents mobiles, des ulcérations de la bouche et du tube digestif, une perte de poids générale et de la fatigue. De 1650 à 1850, la moitié des marins effectuant des voyages transocéaniques sont morts du scorbut. Le chirurgien de navire Thomas Lind a découvert au début des années 1800 que les marins britanniques étaient totalement épargnés par la maladie simplement grâce à une alimentation riche en agrumes. Comme les citrons verts voyageaient bien, ils étaient le choix courant au cours des premières années, et c’est ainsi que l’expression «limeys» a été inventée pour décrire les marins britanniques. On a découvert plus tard, à la fois en mer et dans les prisons, que les pommes de terre réussissaient également à prévenir le scorbut et étaient beaucoup moins chères à obtenir. (Lancet. 1842) Nous constatons qu’il y a moins de 20 mg d’acide ascorbique dans une pomme de terre. Pourtant, cette petite quantité, puisqu’elle est complexée dans une source alimentaire, est tout ce dont l’organisme a besoin non seulement pour prévenir le scorbut, mais aussi pour le guérir, même dans son état avancé. Un tel remède est décrit en détail dans l’incroyable journal de Richard Dana, Two Years Before the Mast, écrit en 1840.

La vitamine C des aliments entiers que l’on trouve dans les pommes de terre, les oignons et les agrumes est capable de guérir rapidement tout cas de scorbut. En revanche, l’acide ascorbique chimique fractionné s’est avéré insuffisant pour résoudre une condition de scorbut, simplement parce qu’il n’agit pas comme un nutriment. (Lancette 1842)

L’acide ascorbique ne peut tout simplement pas conférer une activité vitaminique, comme l’a enseigné le découvreur de la vitamine C lui-même, un autre lauréat du prix Nobel, le Dr Albert Szent-Georgi.

Szent-Georgi a découvert la vitamine C en 1937. Cependant, dans toutes ses recherches, Szent-Georgi a découvert qu’il ne pourrait jamais guérir le scorbut avec l’acide ascorbique isolé lui-même. Réalisant qu’il pouvait toujours guérir le scorbut avec la vitamine C “impure” trouvée dans des aliments simples, Szent-Georgi a découvert que d’autres facteurs devaient être à l’œuvre pour que l’activité de la vitamine ait lieu. Il retourna donc au laboratoire et finit par faire la découverte d’un autre membre du complexe de la vitamine C, comme le montre le schéma ci-dessus : la rutine. Tous les facteurs du complexe, comme Royal Lee et le Dr Szent-Georgi en sont venus à comprendre, l’acide ascorbique, la rutine et les autres facteurs, étaient des synergistes : des cofacteurs qui, ensemble, ont déclenché “l’interdépendance fonctionnelle des facteurs nutritifs biologiquement liés”. ” (Empty Harvest, p120) Le terme «roues dans les roues» a été utilisé pour décrire l’interaction des cofacteurs.

Chacun des autres synergistes du complexe C a une fonction distincte :

  • Facteurs P pour la résistance des vaisseaux sanguins,
  • Facteurs J pour la capacité de transport d’oxygène des globules rouges,
  • tyrosinase en tant qu’enzyme essentielle pour améliorer l’efficacité des globules blancs.

L’acide ascorbique n’est que l’enveloppe extérieure antioxydante – le protecteur de tous ces autres synergistes afin qu’ils puissent remplir leurs fonctions individuelles.

Extrait et traduction de l’article à lire entier à cette adresse : https://www.justlivewell.com/whole-food-vitamins-ascorbic-acid-is-not-vitamin-c

🔴📘 Extrait du volume 1 de “Enseignements et traitements naturistes pratiques” de Paul CARTON concernant les “Vitamines”

Dans ces quelques pages, Dr Paul CARTON l’Hippocrate du 20ième siècle qui est à l’origine de la naturopathie, précise bien que les chimistes n’ont jamais pû isoler ou cristalliser les dites “vitamines” qui relève en réalité plus d’une vue de l’esprit qu’autre chose.

Et concernant la vitamine D il révèle qu’il s’agit d’une création artificielle pour les séparer inutilement du groupe des vitamines A en vue de créer des produits pharmaceutiques et alimentaires dangereux qui se substitueraient aux cures de soleil.

Paul CARTON au sujet des vitamines
Paul CARTON au sujet des vitamines
Paul CARTON au sujet des vitamines

Source : https://archive.org/…/Paul%20Carton…/page/134/mode/2up

🔴💊 La “vitamine D” inventée par un surnomé “M. Vitamines” alias Elmer McCollum, promu par la fondation Rockefeller.

Invention de la vitamine D par Elmer McCollum

“Elmer McCollum démontre que l’huile de foie de morue prévient encore le rachitisme après totale destruction de sa vitamine A, il en déduit qu’elle contient une autre substance qu’il désigne vitamine D.”

[…]

“Vivant à une époque où les vitamines étaient inconnues, il a demandé et essayé de répondre aux questions : «Combien y a-t-il de produits alimentaires essentiels et quels sont-ils?» Lui et Marguerite Davis ont découvert la première vitamine, nommée A, en 1913. McCollum a également aidé à découvrir la vitamine B et la vitamine D et a travaillé sur l’effet des oligo-éléments dans l’alimentation.

En tant que travailleur au Wisconsin et plus tard chez Johns Hopkins, McCollum a agi en partie à la demande de l’industrie laitière. Lorsqu’il a dit que le lait était «le meilleur de tous les aliments protecteurs», la consommation de lait aux États-Unis a doublé entre 1918 et 1928

[…]

“En 1917, la Fondation Rockefeller établit un nouveau département d’hygiène chimique à l’Université Johns Hopkins pour des scientifiques non médecin travaillant dans des stations d’expérimentation agricole. McCollum s’est vu offrir la présidence et un poste de professeur, ce qui bousculait les hiérarchies en place.”

Sources :

🔴🧪 Albert Szent-Györgyi, le découvreur de la vitamine C qui a prétendu l’avoir isolé, a été soutenu par la fondation Rockefeller d’après sa biographie

Source : https://www.persee.fr/doc/barb_0001-4141_1990_num_1_1_72265

🔴💊 Concernant Linus Pauling maintenant, le grand promoteur de l’acide ascorbique à haute dose, fabriquée par de gros labos, en prévention de la grippe et du cancer, lui aussi financé dans sa carrière par la fondation Rockefeller

Linus Pauling le grand promoteur de l'acide ascorbique à haute dose

Déjà nous pouvons constater sur sa fiche wikipedia qu’il est bardé de distinctions et de prix Nobel ce qui n’est pas un gage d’honnêteté depuis longtemps, bien au contraire !

Mais voyons ce qu’il suit…

“Au milieu des années 1930, Pauling décide de s’intéresser à un nouveau domaine scientifique. Au début de sa carrière, il avait mentionné un manque d’intérêt pour l’étude des molécules biologiques. Mais le Caltech développant des compétences solides en biologie, Pauling a l’occasion d’y côtoyer des biologistes de renom comme Thomas Hunt Morgan, Theodosius Dobzhansky, Calvin Bridges ou Alfred Sturtevant et commence à s’intéresser à l’étude des molécules biologiques, notamment grâce à une bourse de la fondation Rockefeller.

[…]

“En 1973, Pauling et deux de ses collègues fondent un institut de médecine orthomoléculaire à Menlo Park en Californie, rapidement rebaptisé Institut de sciences et de médecine Linus Pauling. Il y dirige des recherches sur la vitamine C, mais poursuit également ses travaux théoriques en chimie et physique jusqu’à sa mort en 1994. Au cours de ses dernières années, il s’intéresse particulièrement au rôle éventuel de la vitamine C dans la prévention de l’artériosclérose, et publie trois rapports sur l’utilisation de la vitamine C et de la lysine pour soulager l’angine de poitrine.

Pendant plusieurs années, le principal donateur de l’institut était le groupe pharmaceutique Hoffmann-La Roche, qui produisait le plus de vitamine C dans le monde.

Source : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Linus_Pauling

🔴💊 La “vitamine B12” isolée par deux gros labos la même année : Merck et GlaxoSmithKline

Vers 1920, George Whipple, George Minot et William Murphy (prix Nobel de médecine en 1934) démontrent que des extraits de foie sous forme de compléments alimentaires peuvent corriger certaines anémies5. William Castle montre qu’il existe un facteur intrinsèque indispensable et inexistant chez les malades souffrant d’anémie pernicieuse, et un facteur extrinsèque venant de l’alimentation (foie, viandes).

Grâce aux travaux de Mary Shorb (en), ce facteur extrinsèque (la vitamine B12) est isolé sous une forme cristalline6 en 1948 par l’équipe de Karl Folkers (en) du laboratoire Merck à partir de la bactérie Streptomyces griseus7, puis par Lester Smith du laboratoire Glaxo la même année. Sa configuration tridimensionnelle fut identifiée par Dorothy Hodgkin (prix Nobel de chimie en 1964).

Cette vitamine B12 reste néanmoins mal comprise ; il faut attendre 2007 pour que des chercheurs du MIT et de la Harvard Medical School en expliquent le processus complet de synthèse par des micro-organismes”.

Source : Vitamine B12 — Wikipédia (wikipedia.org)

🔴 💊 Fabrication de la “vitamine C” : le procédé Reichstein

Le procédé Reichstein est un procédé chimique pour la production de l’acide ascorbique ou vitamine C à partir du D-gulose. Le procédé combine des étapes chimiques et une étape microbiologique. Ce procédé a été découvert par le prix Nobel Tadeusz Reichstein et ses collègues en 1933 alors qu’il travaillait dans un laboratoire de l’École polytechnique fédérale de Zurich.

🔸 Synthèse :

procédé Reichstein

1. Conversion du D-glucose du maïs OGM en D-sorbitol par une réaction d’hydrogénation catalysée par le nickel.

2. Le D-sorbitol est fermenté par acetobacter en L-sorbose.

3. Le L-sorbose est converti en diacétone-L-sorbose avec de l’acétone (dissolvant pour vernis à ongles) et un acide.

4. Le diacétone-L-sorbose est converti en acide diprogulique avec du permangénate de potassium.

5. L’acide diprogulique est converti en acide gulonique avec de la chaleur et de l’eau.

6. L’acide gulonique est converti en acide ascorbique avec une réaction catalysée par le platine.

7. L’acide ascorbique est combiné avec des excipients pour fabriquer des poudres et des comprimés de “vitamine C”.

🔸 Production industrielle :

Le procédé a été breveté et vendu à Hoffmann-La Roche en 1935. La première vitamine C synthétique commerciale a été produit par Merck KGaA sous le nom de Cebion. Depuis lors, diverses modifications ont permis l’amélioration du procédé qui permet actuellement un rendement d’environ 60 % pour la formation d’acide ascorbique à partir de glucose.

Articles pouvant vous intéresser également sur ce blog :

4.4 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x